Attention, le contenu peut être mis à jour sans rechargement de la page, visitez notre section sur l'accessibilité pour plus d'information Passer au contenu principal

Tout savoir sur l’équipe derrière le réseau d’autobus exo

mercredi, 08 juillet 2020

Gérer au quotidien 241 lignes d’autobus et 63 lignes de taxibus, ce n’est pas une mince affaire! Beau temps, mauvais temps, notre équipe Exploitation autobus relève pourtant le défi de manière à vous offrir un service fiable et de qualité sur l’ensemble du réseau. En quoi consiste ce travail? Jim Colonel Bertrand, directeur principal – Exploitation autobus, nous en donne ici un aperçu.

 Jim Colonel-Bertrand, directeur principal – Exploitation autobus chez exo

Bonjour Jim. Pour commencer, pouvez-vous nous expliquer le rôle de votre équipe?

Avec plaisir! L’équipe Exploitation autobus veille à la livraison de l’ensemble des services prévus à l’horaire, à la qualité de ces services, à la gestion des perturbations qui peuvent se présenter ainsi qu’à la diffusion rapide de l'information à la clientèle. Elle est également en lien constant avec nos fournisseurs de transport, les municipalités desservies et le ministère des Transports via nos deux centres de contrôle des rives nord et sud afin de gérer les changements liés aux entraves routières ou à la météo.

Des perturbations majeures, ça peut arriver. Comment vous préparez-vous à différentes éventualités?

On se prépare à tout, mais on ne peut pas tout prévoir. Et quand une situation complètement imprévisible se produit, il faut se mettre en mode solution et agir rapidement. C’est arrivé cet hiver quand exo a dû interrompre son service de trains sur deux lignes en raison d’un blocus ferroviaire lié au gazoduc Coastal GasLink en Colombie-Britannique. Il fallait trouver une solution pour nos clients. On a fait immédiatement appel à nos fournisseurs de transport par autobus et le lendemain, une trentaine d’autobus assuraient le service à la place du train. Nous avons déployé de 3 à 4 employés dans chacune des gares affectées afin de veiller au bon fonctionnement de l’opération et de tenir nos clients informés.

Et cette crise à peine terminée, la COVID-19 nous tombait dessus! Comment gère-t-on ce genre de situation?

Du mieux qu’on peut. Chose certaine, il faut être agile et faire preuve d’adaptation. Dès le début de la crise, nous avons mis en place un processus de communication clair avec nos neuf fournisseurs de services d’autobus de manière à respecter les directives de la Santé publique au fur et à mesure qu’elles nous étaient communiquées. Dès le départ, 15 % des chauffeurs, ce qui représente quelque 130 d’entre eux, ont été retirés du service, car ils étaient considérés à risque par la Santé publique. Pour pallier la situation, on a procédé à ce que l’on appelle un délestage. C’est-à-dire qu’on a annulé les services dédiés aux cégeps et universités qui venaient d’être fermés. Enfin, un deuxième délestage a eu lieu à la fin mars pour adapter nos services à la baisse d’achalandage dans le transport collectif. Nous faisons affaire avec des transporteurs privés qui offrent aussi des services de transport scolaire. Comme les écoles étaient fermées, ils ont été en mesure de réaffecter du personnel au service d’exo. Cela nous a donné une certaine flexibilité et nous a permis d’assurer 99,3 % du service prévu en mars malgré les circonstances.

Comment s’est passée la mise en place des mesures sanitaires?

Ça s’est réglé très rapidement. Les quatre organismes de transport collectif du Grand Montréal, dont nous faisons partie, se sont entendus sur un certain nombre de mesures, dont la désinfection des véhicules aux deux jours. Nous sommes ensuite passés à la désinfection quotidienne par vaporisation conformément aux directives de la Santé publique et de la CNESST. Nous sommes les premiers à avoir installé des parois en plexiglas pour protéger nos chauffeurs dans l’ensemble de nos autobus à la suite d’une initiative prise par un de nos fournisseurs de services d’autobus. Nous avons installé des distributeurs de désinfectant à mains dans plusieurs gares et terminus exo et de la signalisation spéciale pour rappeler les mesures de distanciation à notre clientèle.

Que retenez-vous de cette crise?

Je dirais que cette crise a fait ressortir le meilleur en chacun de nous. J’ai été impressionné par la réactivité de l’ensemble de notre personnel, de la direction d’exo et de nos fournisseurs de services d’autobus. Dès le 20 mars, tout le personnel à l’exception des employés terrain avait été outillé pour travailler de la maison. Et nos employés terrain avaient de l’équipement de protection pour faire leur travail en toute sécurité. On a donc géré tout ça en télétravail! Ç’a été une période intense, car les nouvelles directives se succédaient rapidement les unes aux autres. Mais tout le monde a mis l’épaule à la roue, ce qui prouve que rien n’est impossible quand on a le dos au mur.

Pour terminer, comment envisagez-vous la suite?

On sait que ce virus ne disparaîtra pas du jour au lendemain. D’où l’importance de suivre la situation de près. Notre horaire d’été est en vigueur depuis le 22 juin et nous travaillons avec l’ARTM pour planifier l’offre d’automne. Notre achalandage actuel est inférieur à la normale. On s’attend à une augmentation de la fréquentation à la rentrée. Nous nous sommes équipés d’outils informatiques qui nous informent au quotidien de l’achalandage de chaque ligne et de chaque arrêt de bus grâce à des compteurs de passagers à bord des véhicules. Nous serons donc en mesure d’ajuster l’offre en fonction de l’achalandage réel et de l’évolution des directives de la Santé publique.

Jim, merci de vous être prêté au jeu de l’entrevue pour nous faire découvrir la nature de votre travail et celui de votre équipe.

Ça m’a fait plaisir! De mon côté, je tiens à remercier nos collègues, qui ont tous soutenu l’Exploitation dès le début de la crise, nos fournisseurs de services d’autobus, qui ont été de précieux partenaires, nos clients, qui font leur part pour respecter les mesures de la Santé publique, et toute mon équipe, bien sûr.

Essayez notre nouvel affichage
Consultez l'information liée à la COVID-19  →